Articles des partenaires

16 mai 2017

 

La saison de rénovation – Conseils et précautions

La saison des gros travaux approche et les nouveaux projets ainsi que ceux qui ont été reporté durant l’hiver commencent à prendre vie.
 
Cet article a pour but de mettre en garde les personnes qui désirent entamer des projets de rénovation, sur les mesures à prendre avant de commencer les travaux, afin d’éviter les surprises, et par conséquent les frais supplémentaires et les démarches administratives découlant du non-respect de la réglementation.
 
Premièrement, cela va de soi qu’il faut faire des recherches très poussées sur les bons entrepreneurs à engager pour nos travaux, comme par exemple la vérification de :
 
  • La licence d’entrepreneur de construction auprès de la Régie du Bâtiment du Québec
  • Les coordonnées de l’entrepreneur et de son entreprise
  • Ses références et ses réalisations antérieures
  • Son adhésion à des associations professionnelles

Pour lire l'article complet, cliquer sur le lien suivant :
La saison de rénovation – Conseils et précautions


HamakL’auteur :
Adnane Ramromi, B.Sc., DESS, Génie géologique Directeur, Sécurtié-Environnement
SolAirEau TEST inc. Compagnie spécialisée dans l'Expertise environnement.

514 242-7654 | adnane.ramromi@SolAirEau.ca www.solaireau.ca

 


7 mars 2017

 

L'achat d'un terrain :
l'importance de l'évaluation environnementale

Que ce soit pour l’achat d’un terrain ou d’une propriété immobilière, l’étude du sol est un paramètre important à considérer avant l’acquisition. Cette évaluation environnementale permet de déterminer le degré de contamination et de la détecter en amont afin d’éviter de nombreux problèmes sur le long terme.
 
Les polluants susceptibles de contaminer le sol et les eaux souterraines sont les :
 
- hydrocarbures pétroliers
- toxiques organiques
- métaux et substances radioactives
- pesticides
- autres.
 
Pour vérifier l’état environnemental d’un terrain, l’étude documentaire est recommandée afin de lister les activités antérieures susceptibles de le contaminer. Si l’étude de l’historique du site révèle des indices d’une probabilité de contamination, l’étape suivante consiste à prélever des échantillons de sol et de les analyser en laboratoire.
 
Les résultats d’analyse des échantillons de sol en laboratoire détermineront le degré de contamination et le type de contaminants. Ces données techniques permettent :
 
- d’évaluer l’ampleur du problème, les risques pour l’environnement
- d’estimer le coût d’une décontamination, déterminer les mesures correctrices à réaliser
- d’envisager les options qui s’offrent aux acheteurs potentiels, aider à la décision : acheter ou annuler l’offre d’achat.
 
 
Pour lire l'article complet, cliquer sur le lien suivant :
L'achat d'un terrain : l'importance de l'évaluation environnementale

HamakL’auteur :
Adnane Ramromi, B.Sc., DESS, Génie géologique Directeur, Sécurtié-Environnement
SolAirEau TEST inc. Compagnie spécialisée dans l'Expertise environnement.

514 242-7654 | adnane.ramromi@SolAirEau.ca www.solaireau.ca

 

 


22 novembre 2016

 

LA MOISISSURE : LE CANCER DU BÂTIMENT

Certaines personnes pensent que le lien établi entre le cancer et la moisissure est un peu exagéré. Pourtant les mécanismes de développement, de propagation, et d’impact des deux phénomènes sont très semblables. La moisissure profite de conditions favorables (même ponctuelles) pour se déclencher et se propager, comme une tumeur dans toute la structure du bâtiment.
 
Qu’appelle-t-on moisissure ?
 
Les moisissures (aussi appelées « champignons microscopiques ») font partie d'une grande variété de micro-organismes qui englobent les champignons et les levures. Présentes dans l’air extérieur, elles peuvent s’introduire dans votre maison par les portes et fenêtres ouvertes, les voies d’aération, les systèmes de chauffage et de climatisation, en se fixant sur les vêtements et sur les animaux de compagnie. Le type de moisissures qui prolifère à l’intérieur d’une maison, peut être différent de celui rencontré à l’extérieur. Au Canada, plus de 270 espèces ont été relevées à l'intérieur des habitations. Lorsqu’elles prolifèrent pour former des colonies, elles deviennent visibles, sous la forme d’une mousse en tâches veloutées.
 
La problématique en chiffres
 
Au Canada, de 14% à un peu plus de 30% d’habitations ont des problèmes de moisissures ou d’humidité excessive. De 1996 à 2000, le nombre d’appels reçus à la Direction de santé publique de Montréal Centre, au sujet de moisissures en milieu résidentiel ou scolaire a presque triplé : il est passé de 65 appels par an à 185. Dans la région de Montréal, le nombre le plus élevé de moisissures viables dans l’air extérieur s’observe au mois de septembre, celui-ci se situant alors entre 2000 et 2500 unités formatrices de colonies par mètre cube d’air (UFC/m3) ; durant les autres mois de l’année les décomptes ne dépassent guère 500 UFC/m3 .Enfin, une étude québécoise sur l’évaluation de la contamination par les moisissures dans les classes mobiles (bâtiments modulaires attenants à certaines écoles) a récemment démontré que plus du tiers de ces unités présentaient une contamination fongique importante.
 
Pour lire l'article complet, cliquer sur le lien suivant : LA MOISISSURE : LE CANCER DU BÂTIMENT

HamakL’auteur :
Adnane Ramromi, B.Sc., DESS, Génie géologique Directeur, Sécurtié-Environnement
SolAirEau TEST inc. Compagnie spécialisée dans l'Expertise environnement.

514 242-7654 | adnane.ramromi@SolAirEau.ca www.solaireau.ca

 

 


8 novembre 2016

 

Les indispensables d’un site web efficace

En passant par des matériaux plus ingénieux, des méthodes plus efficaces ou encore par de nouvelles normes de l’industrie, le secteur de la construction évolue depuis des décennies. La façon de promouvoir son entreprise s’est aussi transformée.

Dans l’ère du numérique, on remarque de nombreux prospects cherchant ‘’services de construction’’ ou encore ‘’entrepreneurs construction’’ sur Google. L’importance d’être présent dans les résultats et d’intercepter l’internaute dans son processus de recherche n’est plus à discuter. Ce sujet a d’ailleurs été couvert dans notre article du mois de septembre Comment attirer des clients potentiels avec son site web d’entrepreneur en construction.

Que vous soyez familier ou non avec le web, vous avez probablement des clients aux habitudes de consommation modernes, qui ont des attentes modernes. Les sites web font donc inévitablement partie de leur quotidien. En conséquence, un site web peut se comparer à un magasin physique, des étagères poussiéreuses seront beaucoup moins attrayantes que des produits neufs et bien rangés. La durée de vie d’un site web est généralement de 3 à 5 ans. Pourquoi? La mode, les nouvelles technologies et les habitudes des internautes évoluent elles aussi, tout simplement. À titre d’exemple, selon le CEFRIO, plus de la moitié des internautes naviguent sur mobile (59%), soit 2 fois plus qu’il y a 3 ans!

Ceci étant dit, avant d’investir dans diverses tactiques pour arriver au sommet des résultats Google, s’assurer que son site web est à son plein potentiel est une étape déterminante pour le succès de vos efforts en ligne.

La conversion d’un site web et l’expérience utilisateur (UX)

D’abord et avant tout, un site web efficace est un site qui répondra à vos objectifs, que ce soit pour des prises de rendez-vous, des demandes d’information, des inscriptions, des ventes en ligne, des appels ou simplement des visites. En d’autres mots, l’efficacité d’un site web est la mesure qui détermine si le site fait ce qu’il devrait faire! Dans le langage du web, ces objectifs sont baptisés : conversions. Lorsqu’un site web génère les résultats souhaités, nous pouvons dire que le site converti, c’est-à-dire qu’il a la capacité de convertir les visiteurs en clients potentiels.

Dans le même ordre d’idées, l’expérience que vous offrez aux visiteurs de votre site web affectera leur comportement et ainsi, leurs chances de convertir. L’expérience utilisateur (ou UX) aura donc une influence directe sur l’efficacité d’un site. Sans s’aventurer dans les détails de cette notion complexe, l’objectif de l’expérience utilisateur est de rendre un site web, un logiciel ou une application :

  • utile
  • utilisable
  • désirable
  • navigable
  • accessible
  • crédible

Plusieurs éléments sont à prendre en compte pour améliorer chacune de ces six facettes de l’expérience utilisateur élaborées par l’expert UX Peter Morville.

Que vous voulez améliorer l’efficacité de votre site web ou évaluer son potentiel, voici quelques-uns de nos essentiels:

Utile :

-          L’objectif de votre site web doit être mis de l’avant : vous contacter? Demander une soumission? Magasiner les produits? En apprendre davantage sur un sujet? Le visiteur ne prendra pas d’action s’il n’en voit pas rapidement l’intérêt et la possibilité.

-          Toutes les fonctionnalités ne sont pas toujours nécessaires. Concentrez vous sur celles réellement utilisées et utiles pour les visiteurs.

-          Certains sites affichent une panoplie de réseaux sociaux, tandis qu’ils sont actifs sur seulement deux ou trois.  Affichez seulement vos réseaux actifs, vous éviterez ainsi de surcharger inutilement votre site et d’entraîner vos visiteurs sur un réseau dans lequel vous n’avez pas publié depuis des mois.

Utilisable

-          Assurez-vous que votre site web charge suffisamment rapidement. Vous comprendrez en sachant qu’il suffit de 8 secondes pour qu’un visiteur décide s’il demeure ou quitte la page sur laquelle il a atterrit et que chaque 1 seconde de délai réduit de 7% les chances de conversions. Les premières secondes sont donc décisives, sans compter l’impact que cela peut avoir sur le référencement.

-          En 2016, un site a avantage à être responsive design, c’est-à-dire adapté pour tous les types d’écrans; mobiles, tablettes, ordinateurs. Ce n’est plus une surprise, les internautes naviguent davantage sur mobile. Ici encore, cela aura un impact sur le référencement.

-          Un site web ainsi que ses fonctionnalités doivent fonctionner sur tous les navigateurs pour être pleinement utilisables : Chrome, Internet Explorer, FireFox, etc. Il est aussi à noter que la technologie Flash n’est pas supportée par certains d’entre eux.

Désirable

-          La typographie doit être lisible et les couleurs doivent être bien dosées. La formule 60-30-10 peut vous aider : une couleur principale couvrira 60% de la page, une deuxième couleur contrastant la première en couvrira 30% et une troisième (10%) accentuera les appels à l’action et les boutons. Il est reconnu qu’un fond pâle retient davantage les visiteurs.

-          Privilégiez une apparence épurée, claire et consistante. Encore une fois, il est inutile de surcharger la page au risque de dissoudre l’essentiel.

-          Assurez-vous que le design du site représente bien l’image de votre entreprise.

Navigable

-          Les visiteurs doivent pouvoir trouver l’information recherchée rapidement. Pour faire le test, êtes-vous en mesure de trouver une information en moins de 3 cliques? Cette règle peut en révéler beaucoup sur l’efficacité d’un site web.

-          Le menu doit être simple et utiliser les bons libellés. Les bons libellés sont ceux que vos visiteurs  emploieront, évitez donc d’utiliser exclusivement le langage propre à votre industrie.

-          Dans un site web où il y a une grande quantité de contenu, le fil d’Ariane peut faciliter la navigation en aidant  l’internaute à se repérer dans le site.

-          Les éléments importants doivent être clairement mis de l’avant, dont vos avantages compétitifs et votre offre. Ils seront particulièrement efficaces sur la page d’accueil du site web, car ils permettront au visiteur d’identifier rapidement qu’il est au bon endroit.

Accessible

-          Cette facette signifie de faciliter l’utilisation du site web pour toute personne, handicapée ou non. Au Québec, il y a 3 principaux standards; l’accessibilité d’un site web, l’accessibilité d’un document téléchargeable et l’accessibilité au multimédia d’un site web.

Crédible

-         Un site crédible mettra inévitablement vos visiteurs en confiance, améliorera leur expérience et ainsi le taux de conversion du site. Une étude de l’Université de Stanford, a grandement aidé l’industrie à comprendre quels aspects affectent la perception et la confiance des utilisateurs, en voici quelques-uns :

-          Faites en sorte que ce soit facile de vérifier l’information pointue de votre site web (références, sources, etc.)

-          Démontrez qu’il y a une vraie organisation derrière le site

-          Mettez de l’avant votre expertise

-          Démontrez qu’il y a des vraies personnes, honnêtes et fiables derrière le site

-          Faites en sorte qu’il soit facile de vous contacter

Comme vous l’aurez compris, l’utilisateur doit être placé au centre de toutes les étapes de la création d’un site web efficace. Ainsi, il est nécessaire d’analyser son processus décisionnel de sorte à lui offrir une expérience optimale.

Vous avez maintenant en mains les principales notions pour faire évoluer votre site web et en contrôler la qualité.  Toutefois, l’expertise de spécialistes en conception web peut faire la différence dans la qualité,  la performance et le rendement de votre site web.


Hamak

L’auteure :
Sophie Girouard est conseillère en marketing numérique et
associée chez Hamak, une agence spécialisée en marketing
numérique située à Montréal.

514 667-9474 | info@hamak.ca | www.hamak.ca


27 septembre 2016

 

Quels sont les pouvoirs des inspecteurs et enquêteurs de la CCQ ?

Suite à plusieurs commentaires et questionnements de nos membres, voici un petit compte rendu de la réglementation qui encadre le travail des inspecteurs et enquêteurs de la Commission de la construction du Québec (CCQ).

Les inspectrices et inspecteurs ont pour rôle de visiter les chantiers de construction afin de valider si la réglementation est appliquée correctement par les employeurs. Ils demandent aux salariés présents de s’identifier avec leur certificat de compétences et font un rapport afin de recommander une infraction, s’il y a lieu. Plus précisément, ils vérifient si les salariés ont un certificat de compétences, si les travaux exécutés correspondent à leur métier, si le ratio apprenti-compagnon est respecté et si les heures travaillées seront déclarées à la CCQ dans le rapport mensuel.

Les enquêtrices et enquêteurs, quant à eux, interviennent afin de faire régulariser les situations de non-conformité par rapport aux conditions de travail prévues dans les conventions collectives. Généralement suite à la plainte d’un salarié, ils réclament du salaire, du temps supplémentaire, des frais de déplacement, etc.

Voici leurs pouvoirs :

  • Pénétrer à toute heure raisonnable dans un lieu où s’effectuent des travaux de construction ou dans l’établissement d’un employeur;
     
  • Exiger tout renseignement relatif à l’application de la Loi sur les relations du travail, la formation professionnelle et la gestion de la main-d’œuvre dans l’industrie de la construction.

Vous pouvez demander à l’inspecteur ou l’enquêteur de s’identifier et d’exhiber le certificat délivré par la Commission, attestant sa qualité. Ensuite, vous devrez collaborer et prendre les moyens nécessaires pour lui permettre de faire son travail. Le délai de remise des documents demandés est de 10 jours francs après la réception de la demande écrite.

Si vous ne collaborez pas ou si vous agissez de manière irrespectueuse à l’endroit de ces personnes, vous vous exposez à une amende de 1435 $ à 5523 $ (dans le cas d’une entreprise incorporée ou en société).

Ceci étant dit, ce n’est pas parce que la loi donne de grands pouvoirs aux inspecteurs et enquêteurs qu’ils peuvent faire tout ce qu’ils veulent. Dans la décision Veillette c. Commission de la construction du Québec, il est expliqué que la CCQ ne peut assiéger systématiquement ceux qu’elle n’apprécie pas. L’entrepreneur a eu raison de reprocher à la CCQ d’avoir eu une attitude abusive équivalant à la mauvaise foi.

M. Veillette a réclamé tout près de 336 000 $ pour perte de profits, perte de jouissance de la vie, dommages exemplaires et frais judiciaires. La CCQ a été condamnée à lui payer 60 000 $.

Je vous invite à communiquer avec l’APECQ si vous avez des questionnements sur le sujet. Il nous fera un plaisir de vous informer.


 

 

Daniel Bédard, CRIA
daniel.bedard@apecq.org
Mobile : 514 291-9702

 


13 septembre 2016

 

 

L'AMIANTE DANS LA CONSTRUCTION : QUELS EFFETS SUR VOS TRAVAUX ?

 

L’amiante est une roche naturelle fibreuse, dont le Canada fournissait près de 40% de la production mondiale dans les années 60.

Au Québec, les variétés les plus utilisées ont été la chrysotile, l’amosite et la crocidolite. Substance reconnue pour ses qualités isolantes et ignifuges, pour accroître la résistance de produits tels que le ciment et les plastiques, on retrouve l'amiante dans une grande variété de matériaux, de la cave au grenier : flocage, panneaux d’isolation, cloisons coupe-feu, carreaux en vinyle, tuiles de faux plafond, etc.

Fortement utilisée à partir dans les années 30, puis progressivement délaissée en 1970 en raison de ses effets néfastes constatés sur la santé, on estime aujourd’hui qu’entre 250 000 à 300 000 résidences au Canada ont été isolées avec de la vermiculite contaminée à l'amiante.

Pour lire l'article complet à ce sujet, cliquez sur le lien suivant : 

L’AMIANTE DANS LA CONSTRUCTION : QUELS EFFETS SUR VOS TRAVAUX ?


HamakL’auteur :
Adnane Ramromi, B.Sc., DESS, Génie géologique Directeur, Sécurtié-Environnement
SolAirEau TEST inc. Compagnie spécialisée dans l'Expertise environnement.

514 242-7654 | adnane.ramromi@SolAirEau.ca www.solaireau.ca

 

 


30 août 2016 - Référencement Google

 


Comment attirer des clients potentiels avec son site web d'entrepreneur en construction sur Google?

Au Québec, près de 50 000 recherches par mois sont effectuées en lien avec le terme «entrepreneur en construction» sur Google. Or, être présent dans les premiers résultats lorsqu'un internaute recherche vos services d'entrepreneur est un excellent moyen d'augmenter le nombre d'appels et de demandes de soumission provenant de nouveaux clients.

Les entreprises de toutes tailles réalisent de plus en plus l'importance d'une forte présence dans les moteurs de recherche. En effet, pour un entrepreneur en construction, son site web est un outil essentiel pour générer des ventes, mais doit être référencé afin d'être visible des clients potentiels.
 

Qu'est-ce que le référencement?

Le référencement consiste à positionner un site web dans les résultats des moteurs de recherche, tels que Google, Yahoo, Bing et autres. L'objectif ultime est d'atteindre les premiers résultats, un emplacement prisé qui demande la mise en œuvre de certaines tactiques pour être atteint. Les deux principales méthodes de référencement consistent au référencement naturel et au référencement payant.

 

Qu'est-ce que le référencement naturel et le référencement payant ?

 

Le référencement naturel ou SEO (Search Engine Optimization)

Le référencement naturel, aussi appelé SEO (acronyme de Search Engine Optimization ou optimisation pour les moteurs de recherche, en français), permet de positionner un site web dans les premiers résultats dits naturels, tel qu'illustrés ci-dessous.

Le SEO est l'ensemble des actions prises en vue d'optimiser un site web afin qu'il soit non seulement répertorié par les moteurs de recherche, mais également bien positionné dans les résultats. L'objectif ultime est que votre site apparaisse en première position pour le ou les mots-clés représentant le mieux votre activité principale.

L'art de l'optimisation pour les moteurs de recherche comprend des actions sur le site et en dehors du site, qui toucheront tant le contenu que certains critères techniques. C'est un travail à long terme, mais qui demande peu d'efforts une fois la position désirée obtenue.
 

Le référencement payant ou SEM (Search Engine Marketing)

Le référencement payant, aussi appelé SEM (Search Engine Marketing) ou PPC (pay-per-click), réfère à l'achat de liens dans les moteurs de recherche. Cette méthode publicitaire permet aux annonceurs de s'afficher dans les premiers résultats dits payants et ce, sur toutes les recherches en lien avec leurs produits ou services. 

Le référencement payant est basé sur l'achat de mots-clés selon un système d'enchère. Ceux-ci sont généralement payés au clic, c'est-à-dire chaque fois qu'un  internaute clique sur le lien de l'annonceur et visite son site web.

Tout comme le référencement naturel, l'objectif du référencement payant est de vous positionner à la tête des résultats et ainsi augmenter la visibilité et le trafic de votre site. Le référencement payant génère toutefois des résultats rapidement, dès le lancement de la campagne publicitaire.

 

Quelle tactique prioriser?

Le référencement naturel et le référencement payant sont deux concepts complémentaires qui occupent  une place importante dans une stratégie de marketing numérique complète. Exécutées correctement, ces deux tactiques peuvent vous permettre d'atteindre votre clientèle cible et générer des ventes, mais laquelle sera la plus rentable pour votre entreprise?
 

Référencement naturel ou référencement payant

De façon générale, les résultats naturels obtiennent plus de clics que les résultats payants, ceci étant principalement dû au fait que les internautes différencient de plus en plus les deux types de résultats et accordent plus d'importance aux résultats naturels. De plus, une fois la position désirée obtenue, cette tactique ne demandera pratiquement plus de temps et d'efforts, bien entendu tant qu'un compétiteur ne vous déclasse pas.

L'envers de la médaille est que le processus pour obtenir des résultats satisfaisants sera beaucoup plus long qu'avec le référencement payant. C'est pourquoi le référencement naturel doit être considéré comme un investissement à long terme.

Quant à elles, les campagnes de référencement payant offrent l'occasion de gagner en visibilité et d'obtenir du trafic dès leur mise en ligne. Combinée aux nombreuses options de ciblage disponibles, une campagne bien configurée génèrera des visites de qualité qui seront plus susceptibles de susciter des appels ou des demandes de soumission. Le référencement payant est relativement facile à mettre en place, mais demande un budget publicitaire.
 

La combinaison parfaite

Quant au choix de la meilleure tactique, il est important dans un premier temps d'évaluer vos besoins et de bien comprendre les différences entre ces deux concepts. Ensuite, un suivi rigoureux de la performance des tactiques mises en œuvre permet d'évaluer leur profitabilité.

Dans plusieurs cas, le référencement payant est plus intéressant que le référencement naturel, générant des résultats rapides et concrets. Cette tactique est particulièrement idéale pour une entreprise en démarrage, pour le lancement d'un nouveau service ou d'un nouveau site web.

Il ne faut pas pour autant négliger le référencement naturel qui contribue à la crédibilité de la marque, ce que le référencement payant ne fait pas. Ainsi, la combinaison des deux stratégies est la solution optimale.

En conclusion, positionner votre site web sur les moteurs de recherche demande temps et investissement, mais représente un excellent moyen d'obtenir de nouveaux clients à faible coût. Comme nous l'aborderons dans notre prochain article, la capacité de votre site web à transformer ces visiteurs en clients est également un facteur clé dans le succès de votre stratégie numérique.


HamakL’auteure :
Sophie Girouard est conseillère en marketing numérique et
associée chez Hamak, une agence spécialisée en marketing
numérique située à Montréal.

514 667-9474 | info@hamak.ca | www.hamak.ca


APECQ
6550, chemin de la Côte-de-Liesse 2e étage, Saint-Laurent (Québec) H4T 1E3
Téléphone : 514 739-2381 Sans frais: 1 800 371-2381 | Télécopieur : 514 341-1216 Sans frais: 1 855 341-1216
Caméléon Média Conception Web Caméléon Média